Krakatoa

J’ai vraiment aimé co-animer l’espace Twitter de Chat de chasteté avec @thumpermn (à part que je me rends compte que ma voix est beaucoup moins Barry White et beaucoup plus étrangement proche de la Nounou quand j’entends l’enregistrement). Nous avons discuté d’un certain nombre de sujets et les idées de certains participants me font toujours réfléchir davantage à ce que j’essayais inélégamment de dire. Je pense beaucoup à des choses liées à mon statut verrouillé et parfois j’ai de petites épiphanies. Je pense aussi que j’écris mieux que je ne parle en essayant d’articuler mes pensées.

Notre récente discussion a commencé par me demander à Thumper (que je m’abstiendrai d’appeler Mr, Sheffield) à propos de son récent post concernant sa méditation sur le fait d’être enfermé comme un moyen de faire face aux frustrations occasionnelles des hommes enfermés. J’ai eu des épisodes extrêmes de rage depuis que j’ai commencé une relation avec Monsieur. Après que Monsieur et moi ayons parlé, je suis tellement énervé que je veux tellement me branler. C’est ce que j’ai toujours fait quand j’étais excité depuis l’âge de douze ans. C’est ma réponse cérébrale de reptile aux stimuli sexuels. Je n’ai pas le droit de me masturber, enfermé ou non. Je peux atteindre l’orgasme verrouillé à l’aide d’une baguette. Même si c’est en cage, si c’est initié par moi, c’est de la masturbation, et c’est un non. Cela briserait mes règles et je me sentirais (après un moment de plaisir intense) tout simplement horrible et déprimé. Mais pourquoi je ressens ça ? Je suis enfermé essentiellement de manière permanente depuis plus de 3 ans. On pourrait penser que j’aurais déjà compris comment y faire face.

Sir Steven (@txlthrman) Je pense que j’ai frappé le clou sur la tête. C’est la sous-énergie que Sir crée qui bouillonne, qui ne cesse de se construire, et sans Sir là, elle n’a nulle part où aller. Je me sens comme un volcan, la pression monte et monte et pourtant incapable de libérer et finalement j’ai l’impression de souffler s’il n’y a nulle part où l’énergie peut être dirigée. Avec Monsieur, il peut se nourrir de cette énergie. Elle est dirigée contre lui et alimente mon service envers lui. Ce type d’accumulation me fera envie de lui plaire et ouvrira les vannes de la soumission. Mais sans lui, il n’a pas où aller et je n’ai aucun moyen de m’en occuper, à part me répéter mon mantra que je lui appartiens, il contrôle ma bite, il décide de mes orgasmes, et je dois juste l’accepter. L’acceptation, comme l’a dit Thumper, est la chose la plus importante, peut-être seulement après la gratitude.

Comprendre d’où cela vient est la clé pour y faire face, bien que je lutte. Je n’ai pas pensé à vouloir retirer l’appareil, je voulais juste l’orgasme pour soulager la pression incroyable du magma soumis qui remplit ma chambre. Je peux, pour le meilleur ou pour le pire, jouir dans mon appareil (avec un peu d’assistance vibratoire). Mais je ne peux pas et je ne peux pas avoir d’orgasme sans permission, il reste donc à construire et à construire jusqu’à ce que je ressente que je vais exploser. Et c’est difficile. Monsieur nourrit ma sous-énergie comme personne que j’ai rencontré auparavant, y compris mon ancien Maître. Il est aussi excité par le fait que je sois en cage, et c’est une chose incroyable pour un homme enfermé. Nous pensons tout le temps à nos cages. La plupart des Dominants ne le font pas, mais il le fait.

Un autre facteur de complication est que j’atteins normalement un plug ou un gode quand je me sens de cette façon, et en raison de la nécessité d’une intervention chirurgicale, je ne peux pas le faire pour le moment. Avec mon cul hors service, et Monsieur à des centaines de kilomètres, il me reste peu d’autres options que de le sortir. Ce qui m’a énormément aidé, c’est la communauté d’hommes enfermés que j’ai rassemblés et à qui je pense pouvoir tendre la main: thumper, Jack double Drew, Woodsman en cage, jock’d, qui comprennent et soutiennent tous.

Je ne peux pas assez insister sur le fait qu’un réseau de soutien composé d’hommes partageant les mêmes idées peut être important dans les moments difficiles, que vous ayez juste besoin, comme moi, de quelqu’un pour vous en parler ou que vous ayez des doutes existentiels sur votre capacité à rester en cage. Ça aide. Je pense que chaque sous-marin verrouillé devrait le trouver et trouver des mentors du côté dominant s’ils sont auto-verrouillés.

Je n’oublie pas Trip. Mais Trip n’est pas naturellement dominant, et essayez comme il pourrait, il n’allume pas ce genre de feu soumis. Notre relation est différente. C’est rempli d’amour et de soins, mais ce n’est pas une vraie dynamique de D / s (avec moi en tant que s), et j’en ai autant besoin que j’ai besoin de lui. Je l’aime, je ne veux jamais être sans lui, mais il ne peut pas créer l’énergie que Monsieur peut, et il le sait. C’est pourquoi il n’a jamais eu de problème avec le fait que je sois la propriété d’un autre homme. Tant que ses besoins sont pris en charge, cela n’a généralement pas été un problème. Il m’a partagé avec d’autres depuis notre rencontre. Ce n’est pas nouveau. Être soumis avec lui était nouveau, et c’était un succès modéré, mais comme son cœur n’y est pas vraiment, ce n’est pas aussi satisfaisant pour aucun d’entre nous.

Je suppose que ce que j’essaie de dire, c’est que ce que je ressens, je me rends compte, est exactement l’énergie qui alimente une relation D / s réussie, et je dois accepter que le débouché de cette énergie ne sera pas toujours disponible pour moi. Comprendre le pourquoi est un grand pas vers l’acceptation que ce que je ressens est en fait une bonne chose, et réaliser que cela aura un débouché avant que la destruction planétaire ne se produise.

-Doc