J’ai été débloqué plus de temps ce mois-ci que l’année dernière. J’ai eu un examen avec un chirurgien général, un examen préopératoire avec mon médecin généraliste, une chirurgie et un examen postopératoire jusqu’à présent, ce qui m’a obligé à débloquer, et j’ai absolument détesté chaque minute.

Il fut un temps, il n’y a pas si longtemps, où j’avais hâte d’être débloqué. C’était un jeu. Je serais enfermé pendant quelques jours, ou peut-être une semaine, puis je serais déverrouillé et j’utiliserais ma bite. J’avais hâte d’être à la fois verrouillé et d’être éventuellement déverrouillé. Je savais qu’à la fin du temps où j’étais enfermé, j’allais redevenir libre. Être verrouillé n’a jamais été une punition, mais je m’attendais avec impatience à être déverrouillé. Cela rendait le verrouillage plus excitant parce que le désir se développait et je savais que j’allais avoir des orgasmes sensationnels. Être enfermé était l’apéritif, la bouche amusante, si vous voulez, pour du sexe incroyable plus tard.

Puis, quelque chose d’étrange a commencé à se produire. Quand il était temps d’être déverrouillé, j’ai cessé de le vouloir, j’ai cessé d’attendre avec impatience et j’ai trouvé déprimant l’idée de ne pas être verrouillé. Ça ne s’est pas passé du jour au lendemain. En fait, cela s’est passé lentement pendant de nombreuses années, jusqu’au jour où j’ai réalisé que je ne voulais plus jamais être déverrouillé. Ce n’était plus des préliminaires, c’était le plat principal. Cela a coïncidé avec un approfondissement de la relation D / s, et les deux étaient définitivement liés, mais c’était plus que cela. Même après la fin de cette relation, le désir d’être enfermé est resté essentiellement permanent, et cela depuis.

Je pense que Thumper et moi en avons parlé, mais je me souviens avoir été très conscient d’être dans une cage au début. Bien que j’ai adoré (surtout, j’ai supporté beaucoup d’inconfort jusqu’à ce que je trouve Steelwerks), c’était embarrassant. Je n’avais aucun problème à ce que mon Monsieur me voie enfermé, mais je ne voulais pas que quelqu’un d’autre le fasse. Maintenant, je suis conscient de moi si je ne suis pas enfermé. Je ne veux même pas que mon chat voie ma bite en chair et en os. La cage est confort et sécurité, elle fait partie de moi, elle y appartient, et je ne me sens pas entière sans elle.

Maintenant, je sais qu’il se détache de temps en temps pour le nettoyage et l’entretien du pubis, mais c’est nécessaire et seulement pour une courte période de temps. Mais sortir et sortir déverrouillé se sent tellement mal. C’est difficile à expliquer, mais je me sens nue sans elle, même entièrement vêtue.

Techniquement, Trip (et potentiellement Monsieur quand nous en arrivons à ce point), peut me débloquer quand il le souhaite. Trip ne veut tout simplement pas, et je ne vais pas discuter avec lui. Et Monsieur et moi sommes en train d’établir cette dynamique, mais Il a indiqué peu ou pas de désir de me débloquer non plus, ce qui, encore une fois, me convient parfaitement. En fait, comme je l’ai écrit dans un post précédent, je ne suis que sous les hommes qui me veulent enfermés. et bien que je reconnaisse que donner la clé à quelqu’un (et croyez-moi, ce n’est pas une décision facile) implique qu’il ait le contrôle (et ils le font), je pense que j’ai choisi judicieusement jusqu’à présent qui détient ma clé. Le fait de savoir qu’ils pourraient me débloquer mais ne le feront pas est incroyablement érotique. C’est une confiance sérieuse là-bas. Alors que je ferai tout ce que mon KH veut, j’ai confiance qu’Il me déverrouillera quand j’aurai besoin d’être déverrouillé, car il y a des moments où j’ai souffert de problèmes liés à la cage que je n’aurais pas dû avoir, et j’ai besoin de quelqu’un pour prendre en charge mon bien-être, et j’espère qu’Il ne me déverrouillera pas pour une autre raison. En retour, il obtient un sous-marin toujours prêt et disposé à Le satisfaire.

Pour l’instant, la seule personne qui peut me dire de venir est Trip. S’il veut que je vienne, je viens. Il a toujours été mis en cage depuis 2018, mais c’est toujours un orgasme. Et parfois il veut que je vienne. Il ne l’a pas fait dernièrement. Je n’ai pas joui depuis des mois et des mois. Si je dois avoir un orgasme, le fait qu’il me garde en cage pendant ce temps est profondément gratifiant, mais j’ai beaucoup plus de plaisir sexuel à faire venir quelqu’un d’autre que d’avoir moi-même un orgasme. C’est la chose la plus soumise à laquelle je puisse penser, et cela m’apporte du plaisir. Je n’ai pas toujours été une soumise naturelle, mais j’ai grandi et évolué et je sais que c’est là que j’en suis maintenant. Et être soumis signifie être enfermé dans mon esprit. Je perds cet espace de tête sans ma cage, je suppose, ou du moins j’ai du mal à y rester.

J’ai encore quelques examens à venir, en supposant que tout progresse normalement, cela nécessitera à nouveau le retrait de la cage pendant un certain temps, mais je pense que le pire est passé. Le sentiment de soulagement lorsque la cage remonte est palpable, car je sais que c’est comme ça que je suis censé être.

-Doc